Caritas internationalis : déclaration de la déléguée auprès de​ l'ONU

« Beaucoup d’enfants ont été obligés de voyager seuls comme réfugiés ou migrants économiques », déclare María Amparo Alonso Escobar, Responsable de la Délégation de Caritas auprès de l’ONU à Genève. « Ils affrontent un grand risque, celui des trafiquants d’êtres humains et des prédateurs sexuels. Leurs voix ne se font pas souvent entendre et leurs besoins sont oubliés ou ignorés. » Caritas rappelle l’urgence de la nécessité de les protéger et de les accueillir. Elle a constaté que dans certains pays l’émigration est presque devenue obligatoire pour la jeune génération, qui grandit avec la seule perspective d’essayer de rejoindre l’Europe.